Elections 2018: Les avis sont partagés à Bukavu sur les candidats et leurs priorités

17 jours après le lancement de la campagne électorale par la Ceni en Rdc, les langues se délient. À Bukavu, quelques habitants rencontrés par les reporters du journal Jambordc.info, sur les différents endroits d’affichage des photos des candidats, commentent et disent leurs préférences.

« Mon candidat favori à la députation nationale c’est Elie Zihindula car ses œuvres parlent d’elles-mêmes et il a des très bons projets », s’exprime Christian, habitant du quartier Nyalukemba.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Mon candidat à la députation provinciale c’est Adolphe SUMAILI le numéro 35 », déclare Zelam, habitant du quartier Ndendere.

« À la députation provinciale selon mon opinion, c’est Amani Nkubiri Lucien TAC parce que lui au moins songe à réduire la misère de la population en aidant les plus démunis et en réduisant aussi le prix de transport », déclare Samitamba résidant le quartier Nguba.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« Pour moi, mon candidat favori c’est Didier Okito Lutundula, candidat député national, car il a le souci de la jeunesse », avis d’Espoir, habitant du quartier Ndendere.

« Kake Bulindi reste mon candidat député provincial le plus favori, Alfred Maisha reste mon candidat député national car pour eux ils ont de l’influence sur la population et seront capables de gérer autrement », s’exprime sous le sceau de l’anonymat un habitant du quartier Mosala.

« S’il s’agit de la ville de Bukavu, c’est Kake Bulindi mon favori à la députation provinciale car il est beaucoup aimé dans plusieurs quartiers de la ville de Bukavu où nous avons eu à parcourir. Cette chance risque de tomber sur lui car il est trop populaire. monsieur Amani Nkubiri c’est aussi un candidat favori à la députation provinciale pour sa réduction du prix », s’exprime Marc habitant à l’Essence Major Vangu.

« Pour moi le candidat que je peux voter au niveau provincial c’est Cishambo Ruhoya puisque si aujourd’hui je peux faire des tours malgré la pluie et que je ne sois pas Sali c’est à cause de ce combat qu’il a mené pour que nous ayons ce goudron », estime Daniel Olivier, du quartier Panzi.

Joëlle Bufole et Fazilu Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.