Bukavu: Le chômage à la base de la ruée vers le métier de portefaix à Nyawera

De plus en plus des jeunes se recrutent nombreux dans le métier de portefaix à Bukavu plus particulièrement au rond-point Nyawera dans la commune d’Ibanda.

Pour les uns, le chômage est le principal mobile qui motive ces jeunes à exercer ce métier.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

” je suis diplômé d’État. Par manque d’emploi, je suis obligé d’exercer ce métier pour satisfaire tant soit peu mes besoins“, explique M.M.

Pour les autres, l’ insécurité grandissante dans les territoires du Sud-Kivu les prive à cultiver leurs champs et les contraint à exercer à Bukavu.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

” j’ai quitté mon village dans le territoire de Kabare pour échapper à l’insécurité ciblée “, témoigne Zika.

Une autre catégorie des portefaix, c’est celle des jeunes mariés précocement qui fuient les pressions familiales. Ils se retrouvent en ville sans rien faire et embrassent contre leur volonté le métier de portefaix.

” J’ai quitté ma petite famille à cause des fortes demandes. Je suis cultivateur. on ne récolte pas le même jour où l’on a semé. malheureusement la patience n’est pas une vertu pour tout le monde“, s’exprime M.L.

Espoir Cirimwamu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.