Bukavu : Des incendies sans cause envahissent la ville; de Dieu? Ou du Diable!

Les incendies sont devenus pain quotidien dans la ville de Bukavu.

Dans les 3 communes de cette entité à savoir Ibanda, Kadutu et Bagira, des immeubles partent en fumée du jour au lendemain.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Des ménages restent sans abris, perdent leurs énormes biens et parfois les leur.

Dans un espace de 3 mois, des informations non exhaustives à notre possession font état de 15 incendies enregistrés.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Tenez, par exemple le 12 août sur avenue paysage au quartier Nyalukemba des maisons ont été calcinées. Le 26 août au quartier Kajangu à Kadutu, 5 personnes ont perdu la vie dans un incendie . Le 5 octobre au quartier Nkafu à Kadutu, 4 maisons avaient été consumées.
Le 15 octobre, 4 personnes d’une même famille ont péri sur avenue Hewa bora au quartier Nyalukemba et pour toutes ces catastrophes les causes sont rapportées inconnues.

Causes inconnues ?

Oui, de tous ces incendies les victimes ou encore des témoins auriculaires et oculaires n’en connaissent des mobiles.

N’est ce pas curieux?

En effet, selon nos sources au département de protection civile, Un incendie est une catastrophe causée soit par un problème technique lié à l’électricité (prise, gaz, brasero,..) à l’humain à travers les négligences ou soit encore au naturel comme la sécheresse.

Pour ces cas enregistrés en permanence dans la ville, aucune de ces causes n’est explicitement imputée.

Pendant ces temps, des organisations de la société civile conscientisent comme qui dirait par formalité, les habitants sur la gestion rationnelle particulièrement de leurs sources d’énergie.

*De Dieu ou du Diable?*

Plusieurs observateurs s’interrogent sans être exactement fixés sur cet état de chose.

Certains sans les prouver, pointent les occultistes qui, à la recherche des sacrifices déclenchent des incendies qui rapportent avec eux des vies humaines ou encore veulent imposer l’esprit de pauvreté aux victimes.

D’autres de ce commun des mortels qui se qualifient des croyants attribuent ces incendies reccurrents à une colère du créateur face à toutes les déviations qui se rapportent dans le monde.

Qui dit vrai?

Le député David Mubalama fait dès sa première réaction allusion aux constructions anarchiques. Pour lui, l’impact d’un incendie quand les maisons sont serrées n’est pas le même quand les normes urbanistiques sont respectées et souhaite que ceux qui attribuent hors normes les autorisations de bâtir soient poursuivis.

Choqué par cette situation il y a de cela 4 ans, cet élu de Walungu avait initié une interpellation contre le ministre qui avait dans le temps dans ses attributions l’urbanisme et affaires sociales pour comprendre ce problème mais dit n’avoir pas trouvé des réponses satisfaisantes.

Contacté mardi 18 octobre David indique qu’il y a deux jours il a soulevé une motion à l’assemblée provinciale toujours concernant cette thématique pour des propositions.

“Entant qu’élu du peuple nous exigeons une poursuite aux agents de l’Etat qui attribuent des autorisations de bâtir en vrac. Nous souhaitons que les bourgmestres soient affectés dans les communes récemment agréés par un décret du premier ministre pour étendre la ville. Moi même dans ma motion, j’ai souhaité que Panzi et Kasha soient érigés en communes parce qu’ils ne sont plus dans leurs limites traditionnelles.” Conlut-t-il.

Entre temps sur les différents sites des incendies enregistrés à Bukavu, les victimes continuent à mener une vie de misère ne sachant pas à quel saint se vouer.

Joyce KALUMUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.