Bukavu : Alors qu’ils planifiaient une attaque contre la Coopec Cahi, 4 présumés bandits armés ont été arrêtés par la police

Quatre présumés voleurs  à main armée ont été présentés à la presse locale par le commissariat provincial de la police national congolaise, lundi 10 septembre 2018 à Bukavu. Ils sont accusés d’être les auteurs de plusieurs cas d’insécurité dont vols et meurtre dans la ville de Bukavu et ses environs.

Selon le Commissaire provincial  adjoint en charge de l’administration de la police du Sud-Kivu, l’on compte parmi ces « bandits » ceux qui ont désolé la ville de Bukavu dans une opération  à la société Kotecha, d’autres sur l’avenue de l’industriel, à l’ancienne coopérative mais aussi au camp tv

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« (…) c’est sont eux qui ont frappé chez kotecha, et la fois passée, ce sont  eux qui ont commis des crimes en tuant deux personnes au camp tv », a confirmé le colonel Pades Murhula.

Alors qu’ils planifiaient d’autres forfaits dans la ville, ces hors la loi ont été appréhendés par le service de securite le vendredi 7 septembre dernier sur l’avenue Ocha quartier Nkafu avec deux armes à feu AK47.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

« …ils avaient encore dans leurs projets de faire des opérations criminelles chez un opérateur économique de la place, la COPEC CHAI, et la CADECO  », a-t-il fait savoir.

Saluant cette implication de la population dans la dénonciation des cas suspects, le commandant de la PNC réitère son appel à la population de faire confiance aux éléments de sécurité pour mettre fin à l’insécurité.

Il affirme, par ailleurs, que ces présumés bandits sont cités dans l’assassinat du cambiste sur l’avenue l’industrielle et de l’attaque du cambiste Bezo de l’ancienne coopérative dans la commune de Kadutu.   Ils sont accusés également d’avoir volé un coffre-fort à la caisse national de sécurité social (CNSS), ex INSS.

A l’en croire, les 4 présumés bandits seront devant la barre pour répondre de leurs actes.

Destin BALUNGU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.