Affaire Bemba : Le MLC compte sur l’impartialité de la CPI pour dire droit

La Chambre d’Appel de la Cour pénale internationale (CPI) prononcera les jugements en appel concernant le verdict et la peine dans l’affaire le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo, dans une audience publique au siège de la Cour à La Haye, vendredi 08 juin. Le MLC (mouvement pour la liberté du Congo), dont il est le président, reste confiant et espère que la justice la Cour prononcera un jugement impartial en faveur de Bemba et ses coaccusés.

Interrogé par le journal JAMBORDC.INFO, Roger Sadiki, cadre du bureau politique national du MLC rassure que le parti compte sur les juges pour dire «  le droit et rien que le droit ».

« Au sein du MLC, nous restons très confiants, nous pensons que pour une fois la justice sera dite et la vérité sera connue. Nous n’allons plus, cette fois-ci, assister à une justice sélective et distributive », déclare-t-il.

Ce cadre et ancien Président fédéral du MLC au Sud-Kivu nie toutes les accusations portées à l’endroit de JP Bemba et ses coaccusés les qualifiant d’ « un montage politique ».

« Ceci est une manœuvre des gouvernements de la sous-région de Grands lacs qui cherchent à déstabiliser la sous-région par tous les moyens […] Comme tant d’autres, Jean-Pierre Bemba n’avait  jamais été en République centre africaine. Tous ces dossiers qui pèsent sur son dos sont politiques. A travers le monde, on pense que l’arrestation du chair man est une arrestation politique par rapport aux engins de la-sous-région des grands lacs et en RDC », martèle-t-il.

A l’heure où les congolais se préparent aux élections, Roger Sadiki croit que la libération de JP Bemba impacterait positivement sur le processus électoral en cours.

« Le processus électoral traine à être une réalité. Il y a des incertitudes au sujet de la tenue  effective des élections d’ici le 23 décembre 2018. Je pense que la sortie attendue de Jean-Pierre peut amener un souffle nouveau à la politique congolaise qui est devenue obsolète », lance-t-il.

Pour lui, nul doute  au sein de son parti. Tous attendent sa libération, le 8 juin.

 « La justice internationale va dire le droit et rien que le droit. On ne peut pas influencer la justice, nous voulons vivre son indépendance effective.  Nous pensons que ce vendredi 08 juin, nous allons célébrer son retour avec sa liberté définitive avec ses coaccusés. Je suis sûr qu’aucun congolais ne se réjouit de sa détention qui est jugé illégale par tout le monde », a-t-il conclut.

Pour rappel, « le 21 mars 2016, Jean‑Pierre Bemba a été déclaré coupable au-delà de tout doute raisonnable, en tant que chef militaire, de deux chefs de crimes contre l’humanité (meurtre et viol) et de trois chefs de crimes de guerre (meurtre, viol et pillage), commis en République centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003. Le 21 juin 2016, la Chambre de première instance III a condamné J.Pierre Bemba à 18 ans d’emprisonnement. Suite à ces décisions, M. Bemba a fait appel du verdict et de la peine et le Procureur a fait appel de la peine ».

 Materne Nsiku

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.