Éducation/RDC : La synergie des syndicats des enseignants réclame la démission de Willy Bakonga

La Synergie de syndicats des enseignants de la RDC monte sur ses grands chevaux. Ces syndicalistes n’ont plus confiance au ministre de tutelle. Dans une déclaration faite à la presse, cette plateforme réclame à cor et à cri la démission pure et simple du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Willy Bakonga. Ils l’accusent d’entretenir la fraude et d’avoir engagé des fictifs à la SECOPE.

Réunis le mercredi 29 juillet pour examiner les questions de l’heure, notamment celles liées à la reprise des cours le lundi 3 août prochain, le Synecat, la CCT, la FA-Synep et la COFEVID ont, dans leur déclaration, demandé au Procureur de la République de se saisir de la plainte introduite à son office par le député national Tony Mwaba. Occasion pour la Justice de “dégager les responsabilités du ministre de l’EPST“, a propos des griefs qu’on lui reproche.

La plainte du député Tony Mwaba Kazadi déposée le 2 mars auprès du PGR contre le ministre Willy Bakonga fait mention de fraude, de corruption et des détournements à l’EPST.

Cet élu du peuple a saisi le Procureur général près la Cour de cassation pour dénoncer “une grande opération de fraude massive, de corruption et les détournements des fonds publics au sein du ministère de l’EPST, et précisément au service de SECOPE”.

A en croire cet élu de Lukunga, “ces opérations alourdissent le budget des enseignants et mettent à mal la gratuité de l’enseignement primaire”.

“Dans ce dossier, il y a des aspects pénaux, des infractions pour lesquelles nous avons saisi le PGR. Au service de SECOPE jusque là, on a dénombré plus de 1.000 personnels fictifs engagés. Ça vient mettre à mal la gratuité de l’enseignement“, a-t-il lâché.

Avec Forum des as

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.