Bukavu : Vives tensions à Cimpunda, les habitants décident d’en finir avec Kabungulu dit « Ndege »

Vingt-quatre heures après l’incendie qui s’est déclaré mardi 05 juin sur les avenues Elila et Kakoba au quartier Cimpunda en commune de Kadutu dans la ville de Bukavu, les habitants se réveillent sous tensions. Ils réclament au « chef » des présumés bandits Riziki Kabungulu surnommé « Avion ou Ndege » tous les biens volés lors de l’incendie et qui auraient été stockés chez-lui.

En effet, Ndege est un détenteur d’une maison de tolérance « où il héberge des bandits qui désolent la ville de Bukavu », selon plusieurs sources. C’est de là que serait parti le feu qui a réduit en cendres 68 maisons, mardi dernier. Plusieurs biens volés et d’autres récupérés dans la cendre ont été stockés chez-lui par ses acolytes.

Ainsi, des habitants à majorité des femmes venus de plusieurs coins du quartier et avec les victimes de cette catastrophe sont-ils venus les récupérer de force.

Scandant des chants hostiles et de détresse dont le message veut dire « les mamans pleurent, Ndege nous laisse mains vides. Il ne reste que nous libérer seuls de cette ignorance. Aujourd’hui, c’est la fin de ta malignité, Ndege », ont-ils décidé d’en finir avec Kabungulu.

Les manifestants sont parvenus à s’introduire dans l’enclos de leur bourreau où chacun pouvait retrouver quelques matériels lui appartenant.

« Ce qui est triste, Ndege a lancé le feu puis protégé sa maison et a récupéré les tôles de nos maisons pour se construire l’enclos. Trop c’est trop, il faut tout détruire (…) Nous ne pouvons plus tolérer ça », lâchait un homme sur place.

D’un coup, des bandits sont sortis de la maison, armés des machettes,  pour faire face au public, l’interdisant de prendre quoi que ce soit. Ce qui a monté la tension de la population jusqu’à échanger des coups avec ceux-ci.

Pendant que la population voulait s’introduire dans la cave, les jeunes [présumés bandits compagnons de Ndege] ont fait résistance. Aucun accès n’a été possible !

Certains parmi les sinistrés ont profité de ce moment pour récupérer leurs biens retrouvés sur place pour le transporter jusqu’à destination. D’autres restés en discussion avec le camp Ndege, décidaient de retrouver tout ce qui aurait été stocké dans la cave.

Pour rappel, dans cet incendie survenu mardi 05 juin au quartier Cimpunda, au moins 68 maisons ont été réduites en cendre, a soutenu le chef d’avenue Elila.

Amisi Musada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.