Bukavu: Répression d’un meeting à Funu, la NDSCI appelle à des enquêtes sérieuses pour établir des responsabilités à tous les niveaux

Bukavu: Répression d’un meeting à Funu, la NDSCI appelle à des enquêtes sérieuses pour établir des responsabilités à tous les niveau

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI) se dit avoir suivi avec une grande désolation la situation malheureuse qui s’est déroulée le dimanche 18 avril dernier au terrain de Funu en commune de Kadutu où des altercations ont eu à opposer les éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) à des citoyens et certains Elus provinciaux qui voulaient organiser un meeting populaire. Cette structure l’a dit dans un communiqué de presse relatif aux échauffourées survenus dans cette partie de la ville de Bukavu et dont une copie est été réservée à la rédaction de jambordc.info

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

Selon l’esprit de ce document signé par le Président national de cette structure, Jean Chrysostome Kijana, la NDSCI tient à rappeler son attachement irréversible au respect des droits et libertés des citoyens en tout lieu et en toute circonstance et que rien ne saurait justifier pareille violence.

Cette structure citoyenne de défenses des droits humains condamne fermement l’usage et le recours à la violence et autres actes qu’elle qualifie de vendalisme, qui ont ont eu à émailler cette activité citoyenne.

ETJ, Ecole Technique des Journalistes pour la formation des journalistes

La NDSCI tout en reconnaissant les droits et libertés des uns et des autres, invite les instances supérieures de la police à mener des sérieuses enquêtes pour établir des responsabilités à tous les niveaux afin que les acteurs de ce qu’elle appelle barbarie, non seulement contre des paisibles citoyens, mais aussi contre des élus du peuple, puissent répondre de leurs actes et que pareilles brutalités ne se reproduisent plus jamais. Le Congo se veut un Etat de droit dit-elle dans ce communiqué de presse.

Cette structure citoyenne réitère par ailleurs son appel à toutes les parties prenantes dans ” la crise politique et institutionnelle” qui secoue actuellement la province du Sud-Kivu, d’éviter de recourir à la violence et de privilégier le dialogue afin de poser un bon et profond diagnostic à la base de tous ces récurrents conflits qui malheureusement ne profitent en rien à la population dont les principales préoccupations sont jetées dans les oubliettes.

En rappel, un député provincial et un journaliste de la radio télévision canal futur ainsi que d’autres personnes présentes au lieu de ce meeting populaire ont été blessées lors de cette répression sanglante commise par les éléments de la police qui ont usé à coup des bombes à gaz lacrymogènes et des balles réelles comme l’ont signifié  les 7 députés provinciaux organiseurs de cette manifestation et  initiateurs de la motion de défiance contre le gouverneur de province du Sud-Kivu Théo Ngwabidje Kasi.

Moïse Aganze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.