Sud Kivu : Le RIFDF veut que les militaires agresseurs de la Policière de roulage tabassée, soient poursuivis devant la justice

Sud Kivu : Le RIFDF veut que les militaires agresseurs de la Policière de roulage tabassée, soient poursuivis devant la justice

Le Réseau Interprovincial des Femmes Défenseures des Droits des Femmes du Nord et Sud-Kivu (RIFDF) réagie sur la maltraitance d’une femme policière de roulage qui a été tabassée par certains éléments de FARDC dans la ville de Bukavu.

Dans une déclaration rendue public le weekend dernier, le RIFDF condamne le traitement inhumain, les violences publiques et flagrantes qui ont été infligées à l’adjudant Judith Bahati, policière de circulation Routière dans la soirée du 15 Juillet à la place de l’indépendance où elle était en plein exercice de son travail.

Inscription ISJC

Le RIFDF s’est dit être désolé de ce comportement qui décourage ipso facto certaines femmes qui auraient l’ambition d’intégrer la police Nationale Congolaise. Il précise que cet acte est inacceptable dans un état dit de droit et disposant d’un arsenal juridique qui protège les droits des femmes sans oublier que la RDC venait de lancer la campagne zéro contre les violences sexuelles.

Pour cette structure, rien ne peut justifier cet extrême violences quelques soit les circonstances. Le RIFDF pense que cet incident est une pire forme des violences sexistes et qui appelle réparation et aux sanctions. Outre il précise que le traitement inhumain et dégradant est interdit dans l’article 5 de la déclaration universelle des droit de l’homme ratifiée par la République Démocratique du Congo.

Le réseau interprovincial des femmes défenseures des droits des femmes alerte l’opinion aussi bien nationale qu’internationale et appel la hiérarchie des présumés auteurs de cette acte horrible pour que ces derniers soient traduits en justice, jugés et condamnés conformément à la loi du pays.

Le RIFDF demande à l’Etat congolais d’indemniser la victime et de lui restituer les biens ravis par ce groupe des militaires à savoir une Motorola de service et une somme de 100 dollars.

Le responsable de l’armée est appelé par plusieurs ONGs à prendre au sérieux l’incident produit par ces militaires bien identifier dans une vidéo qui a fait le tour sur les réseaux sociaux et procéder à l’arrestation de ces derniers pour que la justice s’occupe d’eux .

Natasha Balegamire

Inscription ISJC
PUB

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.