RDC : « Nous saluons la décision de Félix Tshisekedi de l’état de siège à l’Est du pays, mais nous voudrions que cette mesure soit prolongée dans la province du Sud-Kivu », Erick Banyanga

RDC : « Nous saluons la décision de Félix Tshisekedi de l’état de siège à l’Est du pays, mais nous voudrions que cette mesure soit prolongée dans la province du Sud-Kivu », Erick Banyanga

Le chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi a décrété l’état siège au Nord Kivu et en Ituri, deux provinces instables sur le plan sécuritaire et victime de plusieurs atrocités.  Cette mesure entre en application dès la 06 mai 2021 tel qu’a annoncé le président de la République dans son discours à la nation ce 03 mai 2021.

Erick Banyanga, chercheur en sécurité humanitaire a dans une interview à jambordc.info, salue cette décision qui vise le retour de la paix dans la partie Est de la RDC. Selon lui, cet état de siège  devrait être prolongé dans la province du Sud-Kivu car c’est une région en proie aux groupes armes et à une insécurité récurrente.

Inscription ISJC

“Je tiens  de prime d’abord  à vous préciser qu’il n’y a aucune violation de la constitution  lorsque le Président décrète un état de siège sur une partie de la République. Cela lui est reconnu par la constitution de la république en ses Articles 85, 144 et 145. Il est normal que certaines libertés soient  restreintes mais la même constitution fixe des limites qu’on ne peut pas franchir’’, a dit Erick Banyanga.

Ce dernier pense qu’il ne fallait pas seulement  proclamer l’état de siège pour mettre fin aux violences à l’Est de la RDC,  mais il faut des opérations militaires sérieuses, simultanées et  de grandes envergures qui n’épargneront aucun groupe armé présent au pays.

‘’Ma première  inquiétude réside au  niveau où   le Président  de la République a ciblé seulement deux Provinces  de l’Est dont l’Ituri et le Nord-Kivu comme si le Sud-Kivu  a  déjà une paix acquise  et pourtant  c’est la seule province de l’Est qui a plus de 66 groupes armées actifs  dont plus de soixante  groupes armés  nationaux et  plus de trois  groupes  armés étrangers  actifs .  Je crains que cet état de siège n’ouvre un couloir aux groupes armés vers les provinces voisines qui ne seront pas concernées par les opérations militaires’’ Poursuit Erick Banyanga.

Il ajoute,

 ‘’ Le feu Président Mobutu n’avait jamais proclamé un état d’urgence ni de siège pour mettre fin aux rebellions au Congo. Il faut lire avec l’œil critique le livre de Benoit Verhaegen sur les Rebellions au Congo pour comprendre comment on a maté les rebellions au Congo-zaïre. Il est évident que les faits peuvent se ressembler mais ils ne sont pas répétitifs certes. Mais il faut savoir copier les méthodes qui ont réussi. La rébellion Simba a existé à l’Est mais comment a-t-elle pris fin ? Ce n’est pas avec l’état de siège à mon avis ni une caresse des rebelles ! C’était grâce aux opérations militaires. Enfin, il faut qu’on soit conséquents. C’est ne pas pour rien que le Chef de l’Etat est le Chef suprême des FARDC.  Je doute que cela puisse produire un résultat qui mettra fin définitivement aux groupes armées  dans le trigone de la violence dans les provinces du  Sud-Kivu, Nord-kivu et Ituri  ainsi qu’au mouvement terroriste des ADF à Beni’’, a-t-il martelé.

Il sied de noter que le chef de l’Etat Felix Tshisekedi  a signé deux ordonnances portant sur l’état de siège dans les deux provinces de l’Est concernées, parmi les mesures y afférentes figurent  la gestion de ces deux provinces par les généraux de l’armée et de la Police pour une durée de 30 jours et la suspension provisoirement des activités parlementaires.

La Rédaction

Inscription ISJC
PUB

La Rédaction JamboRDC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.