Kabare : Un policier met fin à la vie d’un homme, des habitants brûlent les documents et la moto du commissariat

Kabare : Un policier met fin à la vie d’un homme, des habitants brûlent les documents et la moto du commissariat

Un élément de la Police Nationale Congolaise a mis fin à la vie d’un habitant à Cibingu, un village du groupement de Cirunga en territoire de Kabare au Sud-Kivu. La victime a sycombée de ses blessures sur le champs dans l’après-midi de ce vendredi 19 février 2021. Rapporte le Coordonnateur du Mouvement Laissez Kabare Vivre (MLKV), Monsieur Barthélémy Mwambusa.

D’après lui, il s’agit de Monsieur Mucana Macumu père de neuf (9) enfants qui a été victime de cet acte qu’il qualifie d’inhumain commis par ce policier en pleine journée.

Inscription ISJC

« Un policier basé au sous commissariat de la PNC Cibingu est venu l’arrêter pour abus de confiance, ne l’ayant pas trouvé à son domicile, il est rentré et quelques heures après son retour, il a aperçu l’infortuné dans le village voisin et a couru pour mettre la main sur lui, et a enfoncé le couteau dans son cou et la victime a rendu l’âme sur le champs », explique-t-il.

Notre source fait savoir que l’auteur du crime repondant au nom de Twagira, avant de souligner que lui et le commandant de son sous commissariat commis dans cette municipalité se sont volantilisés dans la nature.

Barthélémy Mwambusa souligne par ailleurs que les populations environnantes en colère, à savoir celle de Cibingu, Musimbo, ont brûlé les documents du bureau de la PNC et la moto du commandant. Il condamne ce qu’il qualifie des actes de vandalisme devenus recurents dans leur entité.

Rédaction

Inscription ISJC

La Rédaction JamboRDC

2 commentaires sur “Kabare : Un policier met fin à la vie d’un homme, des habitants brûlent les documents et la moto du commissariat

  1. Cet acte de tel genre est encouragé parce qu’ ils s’introduit dans le village et/ou dans une entité, comme il n’y a pas de chef de quartier moins encore la société Civile

  2. Oui, voilà ce qu’il fallait, qui que soit n’a droit d’entrée dans un village quelconque sans s’annonce auprès du chef de quartier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.