Rdc: Pas question pour le clergé catholique de donner la parole aux politiciens pendant les cultes(Cenco)

La Conférence Episcopale Nationale du Congo, Cenco, met de nouveau en garde contre le risque de tremper dans les querelles politiciennes en cette période de campagne électorale.

Le mot d’ordre vient d’être donné dans toutes les paroisses du pays, comme en 2006 et 2011. Le clergé étant averti au premier plan. D’où, le Code de bonne conduite récemment émis.

Considéré comme une période de haute tension sociale où les adversaires politiques et leurs partisans s’affrontent et parfois violemment, les prêtres sont tenus de ne pas donner la parole aux politiciens pendant les messes, de ne pas faire la propagande électorale d’un candidat et de ne pas mettre les locaux de l’Eglise à la disposition des politiciens pour la campagne électorale.

Abel

CODE DE CONDUITE DES ECCLÉSIASTIQUES ET DES AGENTS PASTORAUX PENDANT LA CAMPAGNE ÉLECTORALE

Frères et Sœurs dans le Christ,
La campagne électorale est une période de haute tension sociale où les adversaires politiques et leurs partisans s’affrontent et parfois violemment.
En ce début de campagne pour les élections du 23 décembre 2018, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), vous rappelle la conduite que les ecclésiastiques et les agents pastoraux doivent tenir :
Ne pas donner la parole aux politiciens pendant les cultes ;
Ne pas faire la propagande électorale d’un candidat ;
Ne pas mettre nos locaux à la disposition des politiciens pour la campagne électorale ;
Aux ecclésiastiques il est interdit :
1° Participer activement aux partis politiques et associations à caractère politique, ainsi qu’à la direction des institutions étatiques, quel qu’en soit le niveau, chargées d’organiser les élections.
2° Fonder des partis politiques ou autre mouvement ou association à caractère politique, d’y prendre part active et directe, sous forme de responsabilités assumées au sein du gouvernement ou sous la forme de candidatures aux élections, ou encore ou encore comme membres des instances de préparation des élections, en l’occurrence dans les bureaux de la CENI.
3° Quiconque irait à l’encontre de l’interdiction légitime de son autorité peut être puni d’une juste peine, sans exclure la censure, tenant compte de ce que prescrit le droit.
Vous remerciant de votre bienveillante attention, je vous prie d’agréer, Frères et Sœurs, l’expression de mes sentiments dévoués en Notre Seigneur Jésus-Christ.

+ Marcel UTEMBI TAPA
Archevêque de Kisangani
Président de la CENCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench