Projet TRANSAQUA : 28 OSC demandent une concertation nationale sur le transfert des eaux de l’Ubangi au lac Tchad


Le projet de transfert des eaux de la rivière Ubangi de la RD Congo initié pour alimenter le lac Tchad ne cesse de susciter des inquiétudes. Les points de vue étant divergents, 28 organisations de la société civile congolaise oeuvrant dans le secteur de la gouvernance des ressources naturelles  exigent une concertation nationale sur ce projet pour éviter le pire que constituerait ce deal.

Dans une lettre adressée au Chef de l’Etat congolais, le 28 mars 2018, les signataires se disent  préoccupées par les conclusions de la conférence internationale sur le lac Tchad soulignant l’engagement de collaborer pour sauver le Lac Tchad par le développement du projet Transaqua qui consiste au transfert des « Eaux Interbassins de l’Ubangi vers le lac Tchad ».

 

Se référant à la constitution, les signataires soulignent que « Tout acte, tout accord, toute convention, tout arrangement ou tout autre fait qui a pour conséquence de priver la nation, les personnes physiques ou morales de tout ou partie de leurs propres moyens d’existence tirés de leurs ressources ou de leurs richesses naturelles, sans préjudice des dispositions internationales sur les crimes économiques, est érigé en infraction de pillage punie par la loi ».

Ils jugent indispensable cette concertation pour la nation « car elle permettra aux filles et fils du pays du secteur public, privé, de la société civile et des scientifiques de mener des réflexions profondes pour identifier les opportunités, les menaces et l’impact du projet Transaqua sur l’environnement et les populations congolaises, pour discuter et s’entendre autour de cette problématique et les options courageuses à prendre pour la protection de notre Fleuve ».

Ils notent, par ailleurs, que ce dialogue offrira aux parties prenantes la possibilité d’évaluation les démarches précédentes entreprises par l’Etat congolais mais aussi des mécanismes de représentativité du gouvernement « dans les discussions sur ce projet qui menace notre souveraineté en tant qu’Etat ».

Selon les analystes, le lac Tchad est en voie d’être effacé sur les cours d’eaux de l’Afrique centrale, les années à venir. Des conférences des Chefs d’Etats et des gouvernements se tiennent régulièrement pour étudier les mécanismes de subvenir à la survie du lac dont le transfert de la rivière Ubangi dans l’ancienne province orientale en RDC.

Evariste Murhula

Leave a Comment