Processus électoral : Thierry Monsenepwo de la M.P. recadre le Comité Laïc de Coordination


La dernière sortie médiatique du comité Laïc de Coordination, Clc, continue à susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise.

La dernière en date, est celle de Thierry Monsenepwo, communicateur de la Majorité présidentielle (MP) et président de la ligue des jeunes de la Convention des Congolais Unis (CCU), parti cher à Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et Médias.

Selon cet acteur politique d’une rare éloquence, le Comité Laïc de Coordination, va à l’encontre de la vision des Évêques de la Cenco, réunis au centre inter diocésain dernièrement.

« Les princes de l’église ont dit oui à la machine à voter, à condition d’une certification nationale et internationale, et la CENI a accepté l’idée. D’où est donc venu au clc l’idée de la rejeter ? », s’interroge Thierry Monsenepwo, joint depuis Kinshasa par les fins limiers du Journal Jambordc.info.

Le communicateur de la Majorité s’étonne que le Clc ne remarque rien d’avancées significatives.

 « Nous pensions que l’hibernation qu’ils ont connu fut pour une raison majeure, le besoin de voir des avancées dans l’actuel processus électoral, mais aussi dans l’application de l’accord du 31 décembre 2016. Mais à notre grande surprise, non, cela n’a été en réalité, qu’une stratégie pour rebondir plus tard avec des arguments fumants, qui non seulement se contredisent mais aussi ne tiennent pas route. Le CLC ne remarque rien des avancées significatives », lâche-t-il avec serrement des dents, avant de renchérir :

« Pour le comité, les avancées claires qui démontrent que la ceni ait marqué des pas, avec le fichier électoral; que l’assemblée nationale ait transmis au sénat le projet de loi sur la répartition des sièges; que le cnsa ait balayé le dossier sur le dédoublement des partis politiques et que le gouvernement ait trouvé avec la famille Tshisekedi un compromis sur le rapatriement de la dépouille du sphinx, ne représentent rien. Tout est noir pour lui, ce qui ne peut être qu’une vue négative des événements et donc satanique. Car on se demande bien si Un serviteur de Dieu ne peut voir à l’aune de sa sainteté (hypothétique), que du mal en l’autre et rien des efforts qu’il fournit. N’est- ce pas là une posture diabolique ? » 

 Pour ce qui est de la machine à voter, Thierry Monsenepwo fustige l’attitude du Clc de vouloir une chose et son contraire feignant d’ignorer que la Centrale électorale est Indépendante. Ce qui l’emmène à se demander si le Clc tient vraiment aux élections.

« Le clc qui tient à la fois en la tenue des élections au 23 décembre de cette année et en l’élimination de la machine à voter de l’actuel processus, devrait alors nous proposer une solution qui permettrait: d’imprimer en moins de temps les gros bulletins de vote, d’épargner plus d’argent du contribuable congolais, de tenir la date du 23 décembre, de proposer aux candidats et électeurs un moyens plus sûr et fiable du vote. 

Mais le CLC semble oublier que le « I » de la ceni veut dire indépendante. Pourtant la ceni dit que sans cette machine, pas d’élection en 2018. Est- ce que le clc tient vraiment aux élections ? », se demande-t-il.

 Cette interrogation le pousse à déduire que le Clc s’inscrit dans la logique de la confrontation entre les populations et les forces de l’ordre.

« En réalité ce qui manque au clc c’est de voir le sang des congolais couler, en créant un climat d’affrontement entre certaines populations et les forces de l’ordre. Car si même le scepticisme de l’udps tend à se dissiper quant au processus, c’est bizarre qu’avec de telles avancées, que cette nébuleuse revienne à la charge, si ce n’est que motivée par un besoin ésotérique et pas catholique », s’insurge Thierry Monsenepwo. 

Au sujet des exilés politiques, le communicateur de la Majorité Présidentielle ne voit pas ou serait la faute du pouvoir si des individus choisissent librement de ne pas retourner dans leur pays.

« En quoi ces personnes sont- elles forcées à l’exile ? Mbusa nyamwisi et Moïse Katumbi, sont libres de rentrer d’ailleurs ce dernier a promis de le faire en juin de cette année. Alors pourquoi faire feu de tout bois? », s’interroge une fois l’abassaseur de la paix Thierry Monsenepwo, avant de lancer un appel de pied au peuple congolais de comprendre que le processus actuel est irréversible.

« Et que tout acte allant dans le sens d’agiter la rue, est contre les élections donc contre le peuple. J’en appelle aux vrais laïcs catholiques, habités par l’esprit saint, à dire non à ce comité non laïcs de mauvaise coordination et de destruction, conçu pour déstabiliser ce pays. Car l’église catholique est sainte et apostolique et non apostasiée », conclut-il.

Eugide Abalawi Ndabelnze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.