Présidentielle en Rdc: Katumbi, Tshisekedi, Muzito et Kamerhe en tête du sondage Gec/Berci.

Les experts du Groupe d’études sur le Congo (GEC) associé à l’université de New York, plébiscitent Katumbi,  Tshisekedi, Muzito et Kamerhe dans le quarto de tête. Bien entendu, à l’issue d’un intéressant sondage de GEC/Berci effectué en janvier 2018 sur la prochaine l’élection présidentielle en Rdc.

Selon ce sondage, qui a posé la question « pour quel candidat voterait l’interrogé si les élections présidentielles se tenaient dimanche prochain ? », Moïse Katumbi conforte sa position en tête des intentions de vote à la présidentielle prochaine avec 26% des voix, malgré l’exil. En février 2017, il a obtenu 38%.

L’opposant katangais se place ainsi devant un trio composé de Kamerhe-Muzito-Tshisekedi qui se classe selon l’ordre suivant:
Félix Tshisekedi 14% des intentions de vote, contre 5% en février 2017, mois du décès de son père. En novembre dernier, il a obtenu 19%.

Arrivent ensuite, ex-aequo, l’ex-Premier ministre Palu Adolphe Muzito et l’opposant Vital Kamerhe, avec 9%, contre 4 et 5% il y a un an.

Joseph Kabila à qui la Constitution interdit de se présenter à une nouvelle élection présidentielle, obtient 7%, contre 10% un an plus tôt. Deux de ses dauphins possibles, Matata Ponyo et Aubin Minaku n’atteignent chacun que 3%, venant tous deux de 1% en février 2017.

L’opposant Jean-Pierre Bemba, détenu par la Cour pénale internationale, recueille 6% des intentions de vote en hausse de 1% par rapport à il y a un an. Et la secrétaire générale de son parti, Eve Bazaïba, 2%, comme il y a un an.

En queue de peloton viennent le dissident de la Majorité présidentielle Olivier Kamitatu (2%), le cardinal Laurent Monsengwo (2% au lieu de 0,3% il y a un an), même s’il n’a jamais exprimé l’intention de se présenter.

L’opposant et gendre de l’ex-président angolais Dos Santos, Sindika Dokolo (1% contre 0% en février 2017) et l’ex-Premier ministre Palu Antoine Gizenga (1%, contre 2% il y a un an).

Le très sérieux  Congo Research Group note: « A moins d’une fraude électorale spectaculaire, des partis d’opposition sortiraient vainqueurs de ces élections ».

Eugide Abalawi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench