« L’UNC n’a pas encore décidé de sa participation ou pas dans le prochain gouvernement », affirme Me Alfred Maisha


L’Union pour la nation congolaise, UNC, reste réservée quant à sa participation ou non dans le prochain gouvernement d’union nationale. Joseph Kabila, Président de la République démocratique du Congo, a nomé le 17 novembre dernier Samy Badibanga, comme Premier ministre. Pourtant, Vital Kamerhe, président de l’UNC était l’un des grands favoris à cette primature.

Le choix de Samy Badibanga a ainsi poussé l’UNC à se réserver quant à sa participation ou non dans le gouvernement d’union nationale qui sera dirigé par cet ancien cadre de l’UDPS, parti d’Etienne Tshisekedi.

JamboRDC a reçu Me Maisha Bishobiriri, porte parole provincial de l’UNC au Sud Kivu. Il répond aux questions de Prince Murhula.

Après la nomination de Samy Badibanga comme Premier ministre dans le cadre des accords de la cité de l’Union africaine, quelle est la réaction de l’UNC ?

Nous avons la même réaction que celle de la direction politique nationale du parti. Nous avons tous pris acte de cette nomination. A cet instant nous sommes réservés de toute déclaration y relative par rapport à la suite. Notamment la participation ou non du parti au prétendu gouvernement d’union nationale. Nous avons fait nos réunions dans nos différentes fédérations. Nous avons envoyés à la direction  politique nationale nos propositions quant à ce. Nous attendons qu’une option soit levée pour savoir si oui ou non l’UNC participera au gouvernement d’union nationale.

Qu’est ce que vous répondez aux critiques sur l’UNC disant que vous avez été dribblés par le pouvoir ?

C’est de leur droit de le dire. Nous avons à travers le président national fait ce que nous devrions faire à notre niveau. Nous avions un plan de sortie de crise auquel toutes les parties prenantes au dialogue ont adhéré. Nous avions dit que nous étions capables de le faire exécuter dans le temps record. Mais est-il que le Président de la République a trouvé mieux que ce que nous on a proposé. A cet instant, nous nous sommes réservés de tout commentaire.  Nous attendons que les organes du parti, après d’amples concertations, puissent nous fixer de savoir l’attitude à prendre par rapport à la suite des événements.  Ce qui est sur est que nous sommes signataires de l’accord politique après le dialogue auquel nous avons participé à la cité de l’Union africaine. Mais cet accord ne nous oblige pas de participer au gouvernement. Il faudra que les organes habiletés en décident comme je l’ai dit. Après des discutions, des consultations en interne le moment venu vous serez fixés. Toute personne est libre de faire le commentaire qu’il veut. Mais la décision du parti sera connue.

Mais est ce que l’UNC a été déçue de n’avoir pas eu la primature ?

Je vous dis que les organes du parti sont entrain d’étudier la réponse à y adresser. Déçue ou pas ? l’UNC n’est pas un individu, c’est une organisation politique qui a des ambitions politiques. Le président national l’a dit. Que les ambitions de Vital Kamerhe ont toujours été au dessus du poste de Premier ministre. Et que donc, si l’UNC a pu concourir à cela, c’était dans le but de donner la garantie que les engagements qui ont été pris au niveau du dialogue de la cité de l’Union africaine devraient être respectés. Alors, si ces engagements peuvent être respectés sans nous, tant pis.  S’ils peuvent être respectés avec nous, tant mieux !  L’essentiel pour nous et pour Vital Kamerhe est que l’accord soit respecté et que l’alternance politique en République démocratique du Congo sans laisser couler le sang soit possible. Nous pensons que c’est cela l’essentiel. Le reste quant à ce qui concerne la position du parti s’il était déçu ou pas, va-t-il participer au gouvernement ou pas ? Il faut attendre les organes habiletés à ce sujet.

Quel message vous lancez à vos militants ?

 Nous restons serein, nous sommes un parti politique, nous travaillons sur terrain, nous nous organisons pour une bataille électorale. C’est cela ce qui est plus intéressant. Le reste, nous ne nous agitons pas. Nous sommes un parti politique sérieux, bien implanté et nous avons l’avenir avec nous. Nous encourageons le président Kamerhe pour avoir fait convaincre à nos paires politiques qu’il y a lieu d’envisager la chose autrement. Au lieu d’utiliser la force brute, nous avons choisi la voie du dialogue pour nous permettre à ce que nous ayons une alternance politique apaisée en République démocratique du Congo. Il appartient à toutes les parties prenantes de prendre des dispositions utiles pour que cela soit une réalité. Et c’est pour ça que nous nous battons comme UNC.

Leave a Comment