Liberté de la presse : Des harcèlements persistent contre les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme à Uvira

Les professionnels des médias et les défenseurs des droits de l’Homme dans la ville d’Uvira en province du Sud-Kivu n’exercent pas encore dans la liberté garantie par la loi. Et pourtant, un édit portant protection des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme promulgué par le gouverneur existe dans la province. Dans un forum d’évaluation de cet édit tenu vendredi 06 juillet 2018 à Uvira, les journalistes et activistes des droits humains ont enregistré quelques avancées et défis dans la mise en œuvre de cet instrument juridique.

Le président du club de presse d’Uvira, Papy Magondo, affirme que des avancées telles que l’ouverture d’une station radio, la liberté de manifester leurs opinions ont été enregistrées dans cette partie de la province du Sud-Kivu.

Toutefois, des défis sont signalés. C’est, notamment, des harcèlements, des intimidations, des interpellations, des interdictions dont le dernier cas est d’une marche pacifique organisée par la Société civile pour réclamer la sécurité à Uvira mais qui a été interdite par l’administrateur de territoire, mercredi 04 juillet courant.

Organisée dans le cadre de la liberté de la presse en période électorale, cette activité a connu la participation des professionnels des médias, des défenseurs des droits humains, des autorités politico-administratives d’Uvira dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo. Elle a été appuyée par l’organisation Journaliste pour la promotion et la démocratie des droits humains, Jpddh.

Les participants ont, à cette occasion, signé un acte d’engagement de leur comportement en cette période électorale.

Elie Lambert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench