« Les journalistes doivent respecter la loi et les limites de la liberté de presse », dixit Scott Mayemba (JED)


Plusieurs journalistes de Bukavu participent à une session d’information et de sensibilisation lancée à Bukavu ce lundi 14 Août par Journaliste en danger, JED. C’est autour du thème « au- delà de la liberté, le journaliste face aux infractions de presse » que cette organisation de défense des droits des journalistes et de la liberté  de la presse vise à sensibiliser les participants sur leurs droits et leurs devoirs  en vue de mener à bien leur profession.

Scott Mayemba, Chargé des programmes au sein de cette structure a appelé les journalistes au respect du code d’éthique et de déontologie ainsi que les lois du pays pour leur permettre de se mettre  à l’abri des attaques dont ils peuvent être victime et protéger ainsi leurs médias.

« On ne peut pas parler de la liberté de la presse sans responsabilité, et la responsabilité du journaliste c’est de respecter les lois du pays, respecter le code d’éthique et de déontologie. Un journaliste qui respecte le code d’éthique et de déontologie se met à l’abri d’au moins 90%  des attaques contre lui et contre les médias et les 10 autres ce sont des cas d’abus de pouvoir », a-t-il dit.

Faisant ainsi allusion au caractère juridique de la liberté de la presse, le Chargé des programmes au sein de JED, rappelle que celle-ci est garantie par la loi. Elle a aussi des limites que les journalistes ne doivent pas franchir.

« Le but poursuivi par JED c’est sensibiliser les journalistes sur les infractions de presse. C’est-à-dire dire aux journalistes que la liberté de la presse est garantie par la loi notamment par la constitution », a-t-il ajouté.

L’orateur jour, Maître Godefroid Kabongo, Avocat au barreau près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a rappelé aux journalistes participants qu’ils doivent exercer leur métier avec professionnalisme en toute liberté. Cette liberté a des limites qu’ils ne doivent pas franchir pour ne pas tomber dans le filet du droit pénal et dans les griffes de la justice.

« C’est pour que nous ayons des journalistes responsables qui exercent leurs profession avec professionnalisme dans le respect de la loi mais alors il faut qu’ils connaissent cette loi pour qu’ils sachent se défendre face aux prédateurs de la liberté de la presse », a conclu Godefroid Kabongo

Ce premier jour a été consacré au rappel sur les droits des journalistes. JED rassure, en revanche, que dans le cadre de défendre les droits des professionnels des médias du Sud Kivu, une structure de défense est en train d’être mise sur pied pour plaider pour ceux-là dont les droits seront bafoués.

Théophile Ombeni

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.