Jeunes professionnels vague 4 : 1000 jeunes congolais exigent leur intégration dans la fonction publique

« Exiger au Ministre de la fonction publique la réparation des préjudices causés aux 1000 Jeunes professionnels du fait de la non organisation de leur formation dans le délais », telle est l’une des recommandations contenues dans un mémorandum adressé au Président de la République par les jeunes recrutés ce lundi 4 février 2019.  

En date du 4 février 2018, le gouvernement sortant en partenariat avec la Banque mondiale, avait procédé à l’organisation d’un concours par le biais de la SODEICO en vue de recruter 1000 jeunes professionnels sur l’étendue du pays, ainsi la 4ème vague du programme « Jeunes professionnels »

Selon l’esprit de ce mémorandum, les résultats ayant été publiés et affichés le soir même du jour de la passation dudit test à différentes Divisions provinciales de la fonction publique disséminées à travers le pays, il était question de passer à une vitesse supérieure en ce qui concerne les autres étapes du programme à savoir : la formation, le stage et affectation de chaque lauréat dans les 5 ministères pilotes et régies financières dans le cadre de la réforme de l’administration publique à savoir les ministères de la fonctions publique, du plan, budget, finances, portefeuilles et les régies financières : la DGI, la DGDA, la DGRAD ainsi que l’INSS

« Nous sollicitons votre implication directe et personnelle afin que les 1000 jeunes professionnels recrutés à travers le pays soient rétablis dans leurs droits en exigeant sans aucune autre forme de procès le début de notre formation », peut-on lire dans le corps dudit Mémo

Ces jeunes exigent également l’interpellation pure et simple du Ministre de la fonction publique mais aussi interpeller les responsables du PPRAP, SENAREC et ENA afin de présenter l’état d’avancement du programme 1000 jeunes professionnels. Ils demandent, à travers ce mémorandum, qu’ils soient remis dans leurs droits

Théophile Ombeni

1 thought on “Jeunes professionnels vague 4 : 1000 jeunes congolais exigent leur intégration dans la fonction publique

  1. Nous croyons grandement à l’implication du Chef d’Etat pour que les jeunes universitaires recrutés soient notifiés pour la formation et que le processus soit régulier en suivant chacune de ses étapes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench