J. Moreau Tubibu sur le découpage du Nord-Kivu : « Je pense que ça serait stupide qu’on se fasse attraper par ce genre de distraction, ce n’est plus le moment »

L’initiative en cours sur le probable démembrement de la province du Nord Kivu dans l’Est de la République Démocratique du Congo ne laisse pas indifférents les acteurs de la Société civile  de la province sœur, le Sud Kivu. Se confiant au journal Jambordc.info,  l’activiste des droits humains, Jean-Moreau Tubibu qualifie de pure distraction ce projet qui a pour finalité « des intérêts politiques des individus mal intentionnés ». Il appelle toute la population à barrer la route à cette initiative de balkanisation qui risquerait d’embraser tout l’ancien Kivu.

La province volcanique de l’Est de la République démocratique du Congo figure parmi d’autres ayant connu diverses atrocités et des crimes et sont encore aujourd’hui déchirées par des conflits interethniques. Un groupe des gens propose son découpage au motif de « mettre un terme aux conflits entre les communautés locales », lesquels seraient à l’origine des violences à répétition dans cette partie du pays.

Tubibu dit ne pas comprendre « pourquoi encore le Nord-Kivu, toujours dans l’Est du pays longtemps visé pour la balkanisation » alors que les provinces récemment démembrées connaissent d’énormes problèmes.

« (…) Je pense que ça serait stupide qu’on se fasse attraper par ce genre de distraction. Ce n’est plus le moment de se laisser distraire par les amis qui n’ont qu’un seul objectif d’avoir le pouvoir et qui pensent qu’en saucissonnant la province du nord Kivu, ils vont multiplier des postes. Je crois que c’est terminé, ce n’est plus le moment de démembrer une province et celles démembrées dernièrement ont d’énormes problèmes.  Je crois que les congolais ne peuvent plus se permettre à ce genre des bêtises que je qualifie de sottise, une stupidité politicienne puisqu’ils ne veulent que distraire les gens »,  regrette Jean-Moreau Tubibu, Animateur au Groupe Jérémie dans la province du Sud-Kivu.

Pour soutenir leur projet, les requérants font circuler une pétition depuis le début du mois de mai, dans l’objectif de récolter des signatures au sein de la population du Nord-Kivu. Ce sont des signatures qui, selon Moreau,  n’ont aucun effet puisque cette initiative n’est nulle part inscrite dans les lois, non plus dans la constitution de la RDC.

« Je n’ai vu dans la constitution aucune disposition qui nous permet, nous congolais, de commencer à récolter des signatures pour dire qu’à partir des pétitions on peut démembrer une province ou on peut créer un territoire (…) », souligne-t-il, ajoutant que ce n’est pas parce que des personnes du Nord-Kivu se décident d’apposer leurs signatures sur un bout de papier que c’est ça qui va exiger à l’Assemblée nationale de valider et que ça doit aussi pousser le président de la république de pouvoir proclamer.

« (…) Non ce n’est pas possible, c’est une initiative que je compare à un avorton », décrie Jean-Moreau.

Au risque d’avoir des répercutions dangereuses sur tout l’ancien Kivu, l’activiste des droits humains   invite toute la population de la province volcanique à barrer la route à cette manipulation trafiquée de toutes influences.

Rappelons que les membres de la structure dénommée Agence francophone des écolos ont initié une pétition en circulation dans laquelle ils proposent le découpage territorial du Nord Kivu pour mettre terme, disent-ils, aux conflits entre les communautés locales lesquels conflits seraient à l’origine des violences à répétition dans cette partie de la RDC, une pétition qui malheureusement ne cesse de susciter nombreuses réactions.

La Société civile du Nord-Kivu, soutenue par d’autres personnalités originaires de la province, a lancé une autre pétition pour dire non à cette initiative.

Ishara Masirika.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
fr_FRFrench