Bukavu : Un chauffeur arrêté pour avoir réclamé son salaire à Nyawera


La scène s’est passée dans l’après-midi de ce mardi 9 mai 2017 sur avenue Vamaro à Nyawera dans la commune d’Ibanda devant une foule de personnes.

Le chauffeur des camions remorques, dénommé Birindwa travaillait pour un homme d’affaire connu sous le nom de Bagalwa Présida. Il conduisait un camion remorque de transport des sacs des braises entre Walungu et Bukavu.

Selon des témoins rencontrés sur le terrain, ce matin, il a appris que son patron a engagé un autre chauffeur à sa place pourtant il lui doit encore huit mois d’arriérés.

Furieux, le chauffeur a commencé par alerter par des cris avant de se glisser sous la jeep Rav4  de son  patron obligé de s’arrêter juste au portail de l’enclos. Les pneus arrières du véhicule étaient sur le trottoir alors que ceux de devant entraient dans la clôture.

« Il me doit mille deux cents dollars américains (1200$). C’est depuis huit mois mois qu’il ne m’a pas payé. Je refuse de quitter ici si je ne suis pas payé maintenant. Il peut me tuer s’il veut mais je reste ici», criait le chauffeur.

Les cris du chauffeur ont attiré les passants causant un grand attroupement des gens autours et perturbant la circulation.

Quand la police s’invite

La situation commençait à devenir sérieuse, la foule grandissante sympathisant davantage avec le chauffeur, le patron commençait à se sentir angoissé.

C’est ainsi qu’il a fait appel à la police antiémeute qui est arrivé bien armée et déterminé à en découdre avec le jeune homme. Une dizaine de policiers en tout débarque sur le lieu.

Le jeune homme déterminé refuse de quitter sous la voiture Rav4 malgré la demande de la police. Il exige d’abord être payé.

Face à ce refus, la police utilise des grands moyens. Le chauffeur est tiré de force. Il crie fort, plaide en vain pour qu’on le laisse réclamer son droit.

Quatre policiers emploient leur force et arrivent enfin à le sortir de là. Sans aucune autre forme de procès, il est brutalement jeté dans le pick up de la police où il est attendu par trois autres policiers. Aussitôt, ils sautent tous  dans le véhicule.

Mais devant les hurlements de la foule qui s’amasse autours, ils tirent quatre balles lacrymogènes.

La foule se disperse, les policiers « vainqueurs » s’en vont avec leur « prisonnier ». Il passera surement aujourd’hui sa première nuit au cachot.

C’est un drogué dit son patron

Contacté par Jambordc.info, M. Bagalwa Présida rejette en bloc la version présentée par le chauffeur. « Je ne lui dois rien. C’est un jeune drogué . Il était en suspension et je voulais le rétablir au travail aujourd’hui.  On ne comprend pas pourquoi il se comporte ainsi », a-t-il dit.

Evariste Murhula

COMMENTS

  • Mango Alex

    Nous avons tous vécu ce genre de problèmes dans le passé. Il dit que c’est un drogué, mais aussi il reconnaît que il travail pour lui. Pour dire qu’ il n’est pouvait pas donné sont camion a un drogué. La raison du plus fort et toujours la meilleure en RDC. Où sont les avocats pro deo? Je vous assure le chauffeur risque de finir au prison central par manque de payement d’amende a la police.

  • Moïse Chirhalwirwa

    Pas très sûr de la version du patron. Connaissant la pingritude et l’avarice des ‘patrons’ bukaviens, je crains très fort que ce jeune homme ne soit victime d’un abus de pouvoir, abus de conscience, voies de faits, traitements inhumains et dégradants ! Les activistes des Droits de l’Homme, les nombreux avocats et magistrats, la Société Civile, l’Association des Chauffeurs du Congo (ACCO) devraient se saisir du dossier et en assurer le suivi jusqu’à conclusion finale. Jambo News devrait nous faire la suite.

  • Tchaka

    Oh, pauvre chauffeur ! Qui venir à son sécours ?
    Il n’a pas d’argent. Même pas les amendes sans noms qu’il sera condamné de payer pour se faire libérer. La prison (cachot) sera sa 2ème résidence, et toute forme de traitements inhumains seront là pour sceller sa situation de vulnérabilité. Jambo RDC, svp, mettez nous à jour sur la situation actuelle du chauffeur.

  • Chiko Kavanga

    L’affaire du chauffeur s’est terminer comment? par-c’est que souvent la Justice Congolaise appartient aux hommes et Femmes riches et les Prisons sont resérvée aux pauvres!

  • ce patron là est un escros comment il peut ce defendre de la maniere là tant que la verité est ouvert en effet la police aussi a mal jugé ce problème. en autres terme ce le problème du pays “pays des bandits”.

  • Mwirawite Paluku

    malgrès la pauvreté, le chauffeur doit être liberé et payé sans condition

  • Swedi Idi

    C’est vraiment domage,avec notre justice qui freine le bon fonctionnement de partage impartial et equitable des differents dans les communautes ! On aura tout vu dans notre Province …

Leave a Comment