Alfred Maisha (UNC) : « Il faut nous réarmer moralement et physiquement pour arracher ce pays entre les mains de Kabila et sa bande »


En ce moment où la République démocratique du Congo traverse une crise généralisée, le peuple aspire aux élections pour une alternance pacifique en vue du changement. La plupart des acteurs politiques congolais, devenus moins insensibles aux problèmes sociaux de la population, ont perdu le crédit de leurs électeurs. Certains accusent le chef de l’Etat d’avoir confisqué l’indépendance de la Commission électorale nationale indépendante pour ne pas organiser les élections.

Maitre Alfred Maisha, Porte-parole fédéral de l’Union pour la nation congolais au Sud-Kivu, estime que le maintien du Président Joseph Kabila à la tête du pays ne donne aucun espoir de changer le système. « C’est la colonisation des congolais par le congolais ».

« Avec Kabila à la tête de ce pays, c’est un système d’auto colonisation des congolais par le congolais. Son règne est devenu, pour lui et ses acolytes de la Majorité présidentielle (MP), une occasion de faire de ce pays ce qu’ils veulent. Rien de nouveau pour nous, c’est déplorable »,  se lamente-t-il.

Depuis le 20 décembre 2016, le deuxième et dernier mandat du Président Kabila a expiré. Les élections n’ont pas été organisées. Des accords issus des dialogues entre congolais ont prolongé d’un an le mandant des dirigeants pour organiser les élections fin 2017. Le calendrier de la CENI  prévoit ces élections au 23 décembre 2018. Jusqu’à ce jour, l’incertitude demeure sur la matérialisation de cette volonté politique. Le Chef de l’Etat est pointé du doigt par des acteurs sociaux et politiques.

Pour l’opposant, le pays est plongé dans l’absolutisme politique, le peuple devrait, soutient-il, se réarmer pour arracher la RDC des mains de ses gouvernants.

« Kabila n’est pas une colline en face de nous de façons qu’il peut résister contre un peuple qui se bat pour son avenir. J’appelle ceux qui continuent à le soutenir pour leur dire que la tyrannie n’a pas d’ami. Vous l’utiliser pour museler tout le monde, en effet, vous aller en finir par vous retrouver également  muselés. (…)  Il faut que nous puissions nous réarmer moralement et physiquement pour arracher ce pays entre les mains de Kabila et sa bande de la même manière que nos enceintes l’ont arraché aux colonisateurs belges et les autres l’ont arraché à Mobutu », conclut Me Maisha.

Amisi Musada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.